Titanfall 2 : Passage au contrôle technique

2 ans après le correct Titanfall qui s’est révélé aussi vite lassant qu’étonnant à son annonce, l’épisode 2 arrive en cette fin d’année et se présente enfin aux joueurs PlayStation. Et s’il fallait être honnête, il ne serait pas galvaudé de dire qu’il passe assez inaperçu dans l’embouteillage de titres AAA prévus pour ce dernier semestre. Le « test technique » étant disponible ce weekend (et le suivant), il est donc possible de s’y essayer dès à présent afin de savoir si ce Titanfall 2 pourrait se faire une place dans cette fin d’année chargée en sorties majeures ! Alors, Titanfall 2, ça vaut quoi ?

Titanfall 2 arrive fin octobre (oui oui…).  Sortir entre les mastodontes Call of Duty (qui arrivera avec 2 jeux) et Battlefield n’est pas la stratégie la plus fine pour s’imposer sur le marché du FPS mais Respawn Entertainment semble avoir assez de confiance en sa franchise pour tenter le coup !

Avec un tel planning de sorties, essayer ce jeu fin août est donc une opportunité exceptionnelle pour jauger son potentiel afin d’envisager de lui faire une place dans notre ludothèque.

Il est pas beau mon robot ?

Titanfall 2 ressemble comme deux gouttes d’eau à son aîné qui, déjà à l’époque, ne se montrait pas irréprochable d’un point de vue technique.

Il est donc inévitable de parler de déception concernant cette partie du jeu. Par exemple le moteur de jeu est vieillissant, les textures pauvres et l’antialiasing assez prononcé sur les éléments à moyenne et longue distance… Mais pour autant, il n’est pas laid et est parfaitement fluide (60 FPS constants).

On conclura assez rapidement la partie graphique en statuant sur le fait que Titanfall 2 n’est ni beau, ni laid… Il n’impressionne à aucun moment et n’apporte rien de plus que Titanfall, premier du nom. Semi déception donc…

Un gameplay renouvelé ?

Et bien, ça se joue exactement comme le premier… Dès les premières joutes, l’habitué retrouve ses marques presque instantanément. Mais on remarque néanmoins une certaine lourdeur dans les déplacements qui n’était pas présente sur Titanfall.

Cette lourdeur nouvelle n’est pas du meilleur effet et les enchaînements de mouvement, si caractéristiques de la série, sont moins fluides. La faute à un level design qui ne favorise plus le wallrun. Le degré de verticalité explose lui de manière exponentielle et change la recette originale vers quelque chose de peu convaincant. Ainsi, cet épisode semble casser avec l’extrême fluidité et nervosité des déplacements instaurées par le premier opus et ce ne sont pas les quelques tentatives d’innovation qui le sauveront d’un constat assez amer du point de vue de la maniabilité. Nous assistons tout simplement à une régression du système de jeu initié par Titanfall.

Titanfall 2 instaure l’arrivée du grappin, qui se présente assez vite comme un palliatif malheureux aux défauts présentés ci-dessus. Il sert à atteindre des points que l’on pouvait atteindre simplement dans le premier Titanfall. Il est donc difficile de comprendre pourquoi Respawn a décidé de changer le rythme si plaisant du premier épisode. Le grappin ajoute aussi bon nombre de freins dans l’enchaînement des mouvements : il faut parfois s’y reprendre à 2 fois ou insister lourdement pour passer les quelques centimètres restants pour atteindre un sommet. Le premier excellait dans l’exécution et la fluidité du wallrun, celui-ci amène très régulièrement un côté haché assez désagréable aux déplacements nous mettant à la merci des adversaires.

Au niveau des sensations de shoot, pas de surprises : c’est très plaisant. On enchaîne les frags dans ce FPS qui se veut cependant toujours assez nerveux. Le maniement des titans est sympathique et se veut également dans la pure lignée du premier. Seule nouveauté majeure les concernant, l’arrivée d’un tir laser que l’on débloque après quelques enchaînements – la fameuse épée Titan n’étant pas présente dans ce Tech Test.

Au rayon des mauvaises idées de ce Titanfall 2, un radar nous informe de manière permanente où se situent les ennemis en nous indiquant s’ils sont proches ou éloignés… Incompréhensible. Cela annihile toute tentative de teamplay ou de mise en place de stratégies… À quelques mètres près, vous saurez où se situent vos ennemis et réciproquement. Il ne vous restera donc que votre agilité et votre rapidité pour prendre le dessus sur vos adversaires.

Il apparaît néanmoins que Titanfall 2 apporte tout de même quelques bonnes idées à commencer par une apparition de Titans moins rapide. Sur Titanfall, le déblocage de titans était lié au temps écoulé dans la partie, désormais ils se débloquent au mérite. On ne peut voir cela que d’un bon œil. La deuxième bonne idée vient de la présence de modes de jeux sans bots (feature qui plombait littéralement le premier épisode) et là aussi, on accueille cette nouvelle avec beaucoup de plaisir.

En 2014, Titanfall avait créé la surprise – certes éphémère, mais réelle. En 2016, Advanced Warfare et Black Ops 3 sont passés par là et les joueurs sont maintenant habitués à ce gameplay plus vertical.  En précurseur, Titanfall s’est donc fait dépasser par ses propres idées et la légère prise de risque pour conserver sa singularité ne m’a pas paru convaincante. Le level design des deux maps proposées n’est simplement plus en adéquation avec le gameplay de la série.

La chute des titans…

Ce Tech Test – qui tourne d’ailleurs plutôt bien – est une déception. Il est évident que les joueurs PlayStation pourraient parfaitement prendre un grand plaisir à découvrir cette franchise qui vaut le coup d’œil mais ceux qui avaient profité de leur Xbox One ou de leur PC pour y jouer en 2014 ne pourraient y voir là qu’une suite fainéante, avare d’innovations et instauratrice de régressions de gameplay parfaitement incompréhensibles.

Avec cette amère impression que cet opus fait moins bien que le premier épisode, le tout combiné à une date de sortie qui pourrait à elle seule lui être fatale, il semble compliqué d’entrevoir une éclaircie pour la franchise.

La réponse fin octobre.

Les screenshots proviennent de la preview réalisée par cooldown.fr

Retour en haut