Watch Dogs 2 : Le test version 2.0

Sorti en Mai 2014, Watch Dogs avait été au centre d’un ouragan médiatique. Présenté comme un jeu qui marquerait l’entrée dans la nouvelle génération de consoles, le produit fini s’est avéré sensiblement différent de ce que le public en attendait…Pour cause, un downgrade graphique considérable avait été appliqué au point de concentrer toutes les critiques sur le pur aspect technique. C’est avec ce passif que Watch Dogs 2, bien plus discret que son aîné, arrive dans les bacs en cette fin 2016.

Contexte

Dès le lancement du jeu, une chose frappe le joueur, l’ambiance qui émane de ce jeu. Les pensées vengeresses d’un Aiden Pierce au destin tragique sont balayées au profit d’une atmosphère très libérée, légère.

Vous incarnez Marcus Holloway, un hackeur dans le vent qui réussi rapidement à s’acoquiner avec une bande de jeunes surdoués de l’informatique aussi sympathiques que convenus. On notera effectivement dès le début une certaine tendance à user de tous les clichés du domaine. L’unité DEDSec sera constituée de tout ce qui peut définir les hackeurs à l’heure actuelle dans le monde du divertissement. La jeune femme talentueuse et ambitieuse, le buddy qui vous veut du bien, le petit génie un peu perché et le téméraire excentrique n’ayant peur de rien. Un peu cliché non ?

Ces personnages sont néanmoins attachants, leurs lignes bien écrites et on prend plaisir à évoluer autour d’eux, tout en écoutant leurs conneries…Car oui, ce jeu ne se prend pas une seule seconde au sérieux.

Ubisoft a néanmoins cherché à épaissir un peu le background de notre cher Marcus en mettant en avant un algorythme prédictif de CToS 2.0 qui promettait à Marcus un destin des plus perturbés avec la loi, à la manière d’un Minority Report. Cependant, on sent de suite la volonté d’Ubisoft de décomplexer sa franchise, de couper court avec le très sombre Watch Dogs premier du nom.

Pour apprécier Watch Dogs 2, il faudra tout de même ne pas être gêné par ce type d’ambiance un peu « teenager », certes débridée et rafraîchissante mais qui enfonce toutes les portes ouvertes des tendances actuelles en terme de clichés liés à la permaconnexion aux internets (Vous serez matraqués par le besoin permanent d’avoir toujours plus de Followers et toutes les quêtes sont managées via vos applications Smartphones ). J’ai trouvé ça très sympathique mais cela peut aussi s’avérer parfaitement clivant pour certains.

Cette bande de jeunes est guidée par l’ambition de renverser le système informatique CToS 2.0 qui sévit sur San Francisco. Techniquement, le fond est le même que pour le premier épisode, les motivations sont néanmoins autres. Point de vengeance personnelle, point de tragique dans Watch Dogs 2. On participe à la volonté d’un groupe de révolutionnaires New Gen de faire tomber le système, tout simplement.

DEDSec version Watch Dogs 2

Gameplay / Level Design

Watch Dogs 2 reprend les bases de son ainé mais réussit à les transcender avec brio. Le jeu se prend vite en main, les possibilités de hack seront évolutives grâce à un système d’arbre de compétence qui vous donnera accès à diverses compétences supplémentaires au fil de l’aventure (classique mais toujours efficace).  De ce point de vue, Watch Dogs 2 enfonce littéralement le premier épisode.

Watch Dogs 2 donne la part belle à la liberté totale dans l’approche de ses missions, privilégiant l’infiltration tout en permettant les affrontements directs, vous faites le choix du jeu auquel vous voulez jouer ! Pour réussir leur coup, les développeurs ont misé une pièce supplémentaire sur le level design et on peut réellement les saluer sur ce point. Le niveau est très élevé. On aborde les missions par l’angle de notre choix et tout est mis en oeuvre pour permettre au joueur de le faire sans restriction. On pourra même se permettre de jouer avec les éléments mis à disposition pour créer du gameplay émergeant et ainsi, rendre originale la manière que l’on aura d’aborder certaines situations. On ne touche peut être pas au génie d’un Dishonored de ce point de vue mais force est de constater que Watch Dogs 2 vous laisse libre d’agir comme vous le souhaitez, et vous donne les moyens de le faire.

Pour arriver à ses fins, on pourra foncer dans le tas en tirant sur tout ce qui bouge, user de son drone ou du RC Car qui seront mis à disposition (excellente idée que d’avoir proposer ces outils !), hacker les téléphones des ennemis, jouer avec l’environnement, les véhicules inoccupés sont activables à distance pour détourner l’attention,…Les moyens mis à disposition pour ce deuxième épisode sont légions et empêchent toute monotonie dans le déroulement du jeu. De plus, il est parfaitement possible de choisir de ne pas tuer, voir même de ne pas échanger le moindre coup de feu pour une grande partie des missions.

Le premier épisode est tout simplement renvoyé au rang d’essai un peu timide après avoir parcouru le San Francisco de WD2 durant une dizaine d’heures.

Ci dessous une vidéo maison d’une mission accomplie (en partie) avec les drones. j’aurais pu en utiliser un seul ou carrément m’infiltrer physiquement. Très intéressant !

Contenu

La campagne principale se veut très plaisante et amusante avec une gamme de sujets traités aussi variés qu’actuels (piratage chez Google, démantèlement d’une secte religieuse, infiltration dans des datacenter, hacking de systèmes de protection privée, extorsion, infiltration dans des studios de tournage,…).

Watch Dogs 2 se veut être un reflet critique du monde actuel. Aussi cliché qu’intéressant, ce jeu aborde des sujets qui interpellent sous le prisme du second degré et je dois bien avouer que ce parti pris n’est pas dérangeant. Il peut ouvrir à la discussion autant qu’il amuse car les développeurs ont su apporter humour et autodérision à une situation qui peut aussi interpeller.

Quelle n’est pas ma surprise d’intercepter un appel téléphonique d’un employé d’Ubisoft qui refuse de laisser la place à un leak sur un futur jeu Ubi, prenant en exemple ce qu’il s’est passé pour Unity et Syndicate…Le tout nous donnant accès à une mission secondaire consistant à aller chercher le trailer de ce jeu en développement directement en hackant dans les studios d’Ubisoft SF! Excellent !

Tout aussi excellentes ces références permanentes à la pop culture actuelle…Cinéma, musique, people…Tout y passe ! Je vous conseille d’ailleurs les missions de type über via l’application Driver SF (encore une référence !) dans lesquelles les dialogues avec vos passagers sont savoureux.

Au niveau des quêtes secondaires, il y a de quoi faire ! L’application ScoutX vous invitera à visiter la ville et ses points d’intêret pour prendre des selfies en mode touriste. L’application Driver SF, comme je vous le disais, vous permettra de faire le taxi de service et de participer à des discussions souvent hilarantes. La map est également fournie en quêtes diverses. Piratage de distributeurs, infiltration dans les domiciles, phases de plateforme pour glaner des points de recherches (qui servent à acheter vos compétences), infiltrer des zones hostiles pour voler de l’argent,…

Watch Dogs 2 regorge de choses à faire !

Plutôt joli non ?

Technique

Sur PS4 Pro, le jeu est propre, flatteur sans être dénué de défauts. A commencer par un Framerate parfois instable sans raisons apparentes (cappé à 30fps). La version Pro permet néanmoins d’avoir de meilleurs définitions au niveau des textures et un antialiasing très efficace.

San Francisco se veut être une ville bien plus colorée que le morne Chicago de Watch Dogs 1. Parcourir ses rues est un vrai plaisir, le sens du détail est présent et la ville dégage un sentiment de vie très agréable. Nous ne sommes toujours pas au niveau des productions Rockstar mais il faut saluer le travail effectué. Ce terrain de jeu est une grande réussite visuelle et immersive !

Les versions PS4 standard et Xbox One souffrent néanmoins d’un aliasing et d’un phénomène de clipping bien plus prononcés, néanmoins cela ne semble pas remettre en cause la qualité visuelle du jeu au point de rendre les versions standard caduques.

L’application touristique ScoutX permettra aux flâneurs d’aller découvrir les recoins de San Francisco, magnifiquement modélisée. Il est très agréable de s’y perdre, le contenu aidant à rendre ces sessions Roaming, intéressantes.

Sitaria, la tête pensante !

Conclusion

L’erreur serait de juger ce Watch Dogs 2 en gardant son grand frère en tête. Le virage est complet ! L’approche un peu « teenager ultra connecté » pourrait peut être diviser certains mais….

…Que ce soit en terme de profondeur de gameplay, de variété dans l’exécution des missions et dans sa légèreté ambiante, ce deuxième épisode propose une rupture totale et installe une expérience de jeu aussi complète que variée. Bénéficiant d’une mise en scène soignée, d’une technique certes perfectible mais globalement satisfaisante et d’un sentiment de liberté réel.

Watch Dogs 2 est une expérience débridée et rafraîchissante ! Une surprise !

 

Retour en haut