FIFA Compilation 42 (solo)

Voilà voilà j’avais promis que j’essayerai de donner des conseils et tout mais au lieu de parler de détails et d’astuces techniques je vais plutôt insister sur des bases méthodologiques qui pour moi sont essentielles à un épanouissement footballistique sur ce jeu, que ce soit en solo, en club ou en coop… Il ne s’agit pas […]

Voilà voilà j’avais promis que j’essayerai de donner des conseils et tout mais au lieu de parler de détails et d’astuces techniques je vais plutôt insister sur des bases méthodologiques qui pour moi sont essentielles à un épanouissement footballistique sur ce jeu, que ce soit en solo, en club ou en coop…

Il ne s’agit pas ici de se prendre la tête avec des tactiques ou de se conformer à ce que je vais proposer, mais peut-être qu’en appliquant ces principes de base vous arriverez à prendre plus de plaisir à jouer au foot en fuma sur ce jeu qui en a largement le potentiel quand on le caresse dans le sens du poil.

Précédemment j’ai souligné l’importance dans la construction de garder le ballon en mouvement par des passes simples et rapides dans lesquelles on peut se conforter, avoir un recul nécessaire par rapport au vif. C’est important de se donner la lucidité pour observer le bloc adverse et avoir un temps d’avance sur la défense. Le tout c’est d’éviter le plus possible de se mettre en difficulté, dans la précipitation.

Le facteur clé dans le jeu pour avoir l’avantage c’est en effet de se projeter dans ce que l’on veut réaliser et non être dans la réaction car l’adversaire lui, son intention c’est de deviner les vôtres. Vos décisions, si elles sont prises sur le vif, non seulement le geste sera techniquement risqué mais il aura grande chance d’être téléphoné. Jusque-là j’apprends rien à personne mais voilà, la règle de base c’est d’avoir en tête ce que l’on va faire derrière et d’éviter au possible d’être influencé et oppressé par la défense adverse. Pour ça il faut s’asseoir sur la belle petite passe juteuse qu’on vient de voir, car justement si on vient de la voir c’est qu’il est en général trop tard, l’adversaire l’a forcément vu aussi.

Le but c’est justement de provoquer ce moment où l’on sait ce que l’on va faire à l’avance. Un geste qui aura donc plus de chances d’être précis et dans le bon tempo et donc d’être réussi et efficace. Pas besoin d’être un génie, il suffit juste de procéder par une construction qui garde le ballon en sécurité, où l’on reste dans une zone de confort, où l’on fait tourner, où l’on effectue des passes qui peuvent paraître inutiles mais qui vont nous laisser le temps d’observer et de penser le jeu devant nous et à l’avance (quand on a pas le ballon en club, éviter de demander le ballon si on ne sait pas ce qu’on va en faire avant). La pire chose à faire c’est de procéder un geste après l’autre : on est vite débordé et on ne voit pas les espaces ni les appels ni le timing à adopter et on se fait poutrer.

Savoir à l’avance ce que l’on va faire. Le temps d’avance c’est comme un témoin que l’on passe avec le ballon. Le but pour chaque joueur notamment en club, c’est soit d’en profiter car il a vu une option, soit céder son tour en prenant soin de conserver ce précieux temps en choisissant l’option la plus rapide à exécuter, en première intention, privilégiant la fluidité et la probabilité de réussite du choix. C’est du bon sens de paire avec la discipline dans le positionnement et la conscience du rôle à adopter à chaque poste, une base tactique qui permet d’avoir la maîtrise du jeu.

Avoir en tête ces principes (qui certes nécessitent un peu de patience et de nerfs), donne les clés permettant de prendre du plaisir à jouer au foot en étant au minimum affecté par le pressing, l’endurance absurde et toutes les autres aberrations du jeu. Le seul vrai adversaire qui subsiste ensuite c’est soi-même, c’est penser à garder cette lucidité, ce temps d’avance, jouer au plus simple et vite « sans réfléchir », en effet d’avoir une base stéréotypée qui permet de penser à l’après, d’accélérer, d’improviser au bon endroit au bon moment : ce qui est censé se voir dans la vidéo.

En fuma le seul avantage qu’on a c’est de pouvoir placer la ballon dans des zones autour du joueur à la réception. Avoir anticipé l’action suivante permet la réception dans les meilleurs dispositions car on a déjà pensé à ce qu’on allait faire ensuite. C’est pour ça qu’il est essentiel de se donner les moyens de penser en aval en s’imposant des automatismes en amont. Par ailleurs le fuma est indépendant des trajectoires certes parfaites de l’assistance mais elles sont imposées et réduisent par 10 les possibilités de jeu, de créer du football, donc il faut en tirer parti et non le subir.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout, coeur coeur et au plaisir de jouer ensemble !

Retour en haut