Killing Floor 2 : Petits meurtres entre amis

Dans sa fournée de jeux offerts du mois de juin, le Playstation + nous délivre un zombie killer sans prétention mais qui promet de bonnes heures de défoulement et d’amusement entre potes. Posons notre cerveau quelques temps histoire de défourailler du mort-vivant.

En cette période de disette vidéoludique à l’approche des vacances d’été, il se pourrait bien que vous soyez à la recherche d’un jeu facile d’accès, jouable en multi et défouloir. Ca tombe plutôt bien, c’est exactement l’expérience que vous offrira Killing Floor 2, le tout gratuitement puisque le jeu est offert sur le PS+ en ce mois de juin. Si vous aviez apprécié Left 4 Dead ou Until Dawn, vous trouverez sûrement votre bonheur ici. Inversement, si les deux jeux pré-cités vous ont paru trop difficile d’accès par leur difficulté, Killing Floor 2 s’apparente justement à leur version fun et facile à prendre en main.

Dès l’arrivée dans les menus, ça saute aux yeux avec deux modes de jeux qui s’offrent à vous : le multi et le solo. Concernant le multi, il se joue par escouade de six. Si vous n’êtes qu’avec deux, trois ou quatre amis par exemple, le jeu se chargera de vous adjoindre aléatoirement des joueurs supplémentaires présents sur les serveurs. Le temps de choisir votre classe parmi le soldat, le berserk adepte ou le sniper par exemple, de personnaliser votre apparence, et vous voilà lancé dans le grand bain de sang. Le concept est simple, les vagues de zombies défilent dans un lieu plus ou moins confiné qui peut aller du métro parisien à une rue abandonnée et il suffit de les dézinguer. Bon okay, c’est quand même plus facile à dire qu’à faire. Car autant la première livraison offre des morts-vivants somme toute banals, autant la suite des événements promet un peu plus de challenge, avec des créatures plus coriaces et dotées de caractéristiques variées, telles que le jet d’acide, l’invisibilité ou l’envoi de liquide enflammés.

 

Des bastons « survie »taminées

 

Le classique headshot est de mise pour mettre à terre vos ennemis au plus vite mais la communication au sein de votre escouade est également importante. En effet, il faut veiller à rester grouper, les zombies ont tendance à popper dans la zone des joueurs et vous isoler vous mettrait au devant de grosses déconvenues (muscle ton jeu Reubert !). L’idéal reste donc de rester proche les uns des autres et de se donner des indications sur l’apparition des vagues ennemies en approche. La batterie d’armes mise à disposition est aussi intéressante que fun lorsque celles-ci sont upgradées, du simple couteau, en passant par la tronçonneuse ou la mitraillette et la carabine lance-grenades. Tiens, parlons-en des grenades ! Il vous arrivera bien souvent d’être acculé ou avec un grand nombre de zombies face à vous. Bien qu’il soit bien évidemment possible de donner des coups de crosses pour se frayer un chemin, l’usage des grenades est fortement conseillé pour se débarrasser d’un tas de monstres grouillants à vos pieds.

« Coucou, tu veux voir ma b…ouche ? »

Vous découvrirez également assez vite l’importance du choix des classes, avec notamment les persos ayant la faculté de distribuer des munitions et des grenades à leurs camarades, car vous comprendrez bien qu’il est assez problématique de se retrouver avec sa bite et son couteau face à une horde de sauvages assoiffés de sang. Bien heureusement, à chaque vague anéantie, vous serez guidés vers une station robotisée faisant office de marchand qui vous délivrera munitions et upgrades nécessaires à votre progression, sachant qu’il faut en général atteindre la 7ème vague et que cette dernière vous proposera un boss coriace. Les points de vie sont au nombre de 100 de base, avec améliorations et armures possibles, et vous disposez de seringues de soins qui se rechargent dans un timing particulier et vous permettrons de vous offrir un peu de répit dans bien des situations. Enfin, le décès ne signifie pas la fin de la partie, il faut pour que cette dernière arrive que chaque joueur se fasse tuer. Si tel n’est pas le cas, vous réapparaitrez à la prochaine vague, mais bien évidemment sans l’argent récolté sur le round, ce qui ne vous permettra en gros que de vous réapprovisionner en munitions, sans pouvoir upgrader vos armes.

Je n’ai pas eu l’occasion de tester le mode solo donc je ne pourrais malheureusement pas vous en dire plus à son sujet, mais sachez que le jeu vous propose également un petit tutoriel bien utile pour en maîtriser les (très) légères subtilités. En bref, Killing Floor 2 est un bon gros zombie killer bien gore et qui s’assume. N’y cherchez pas des graphismes poussés ou du gameplay ardu, le but est de s’amuser, et vite. Parlez-en à vos potes, ce serait bête de passer à côté de cette expérience qui pourrait jalonner vos longues nuits d’ennui estivales…

 

Retour en haut